Incertitude et flexibilite

Aujourd'hui, je voudrais écrire sur le sujet de la flexibilité, qui est lié au sujet de l'incertitude.

À présent, il y a beaucoup d'incertitude, d’un côté due à l'évolution de la technologie, d’un autre à l'instabilité politique, à l'évolution de la société (c’est plus facile par exemple de se séparer, être parent célibataire). .. sans parler de la pandémie actuelle 😏

#FLEXIFIBLIAT (4).png

Bonjour à tous!

Comment ça va?

 

Aujourd'hui, je voudrais écrire sur le sujet de la flexibilité, qui est lié au sujet de l'incertitude.

À présent, il y a beaucoup d'incertitude, d’un côté due à l'évolution de la technologie, d’un autre à l'instabilité politique, à l'évolution de la société (c’est plus facile par exemple de se séparer, être parent célibataire). .. sans parler de la pandémie actuelle 😏

 

Quand j'ai fait ma première formation de coaching fin 2008, ils m'ont appris quelques bases, ils m'ont parlé d'un modèle de coaching que je souhaite maintenant partager avec vous.

Le coaching est une conversation ou des interventions (c'est-à-dire qu'il peut faire partie d'une conversation) dans laquelle le coach dirige l'attention du client avec des questions ou des commentaires qui permettent au client de mieux comprendre ce qu'il veut, renforcer sa détermination à réussir ses objectifs. ou simplement développer la conscience de ce qui fonctionne ou de ce qui ne fonctionne pas.

 

Ce type de conversation a une structure (dirigée par le coach), mais le contenu est déterminé exclusivement par ce qui intéresse ou inquiète le client, ce dont il veut parler. La confiance et l'ouverture sont nécessaires pour que le client ne se sente pas violenté dans la conversation.

 

Compte tenu de tout cela, la relation de coaching repose sur trois piliers: les objectifs, la flexibilité et le feedback.

La conversation a un but. Le client a des objectifs qu'il souhaite atteindre. Ils doivent être clairs et limités dans le temps, ils doivent dépendre de nos actions et nous devons être complètement alignés sur les conséquences.

On peut discuter comment atteindre les objectifs. En fonction de nos préférences d'apprentissage, de nos priorités, de notre style personnel (conversation, négociation, gestion du temps, etc.) nous essaierons certaines stratégies mentales, techniques et exercices. Nous allons apprendre à mieux nous connaître, acquérir de nouveaux outils pour gérer nos émotions, gagner en clarté dans nos objectifs et en précision dans nos actions.

L'apprentissage est le troisième élément. Le feedback est l'outil de cet apprentissage. Lorsque nous faisons «x», que se passe-t-il? Comment les autres réagissent-ils? Quels résultats obtenons-nous?

 

Et ces trois piliers créent une dynamique cyclique et fluide. Lorsque nous examinons les résultats, nous faisons plus de ce qui fonctionne et moins de ce qui ne fonctionne pas (si nous en sommes conscients et que nous voulons toujours obtenir les mêmes résultats). À mesure que nous obtenons des résultats, nous gagnons parfois en perspective sur la situation et changeons d'avis ou fixons d'autres objectifs. Si quelque chose ne fonctionne pas, nous en essayons une autre.

 

Qu'est-ce que tout cela a à voir avec l'incertitude?

L’incertitude peut se combattre avec la recherche, le développement et, surtout, avec la flexibilité.

 

  • Minimise l'incertitude, gagne en flexibilité

Vous sentez-vous piégé? Générez des options

Lorsque vous êtes confronté à une situation dans laquelle il semble que la seule alternative est de faire quelque chose ou rien, essayez de générer plus d'alternatives, voyons voir si vous en trouvez une qui vous plaît plus.

Faites un remue-méninges (brainstorming), demandez des recommandations ou découvrez ce que d'autres ont fait dans une situation similaire. Il est souvent intéressant de faire les trois choses.

 

  • Trop d'options? Choisissez un critère pour les filtrer

Il existe de nombreuses façons de choisir, ce qui «a du sens», ce qui «semble» être une bonne option (en utilisant notre intuition).

Il est toujours intéressant de demander:

Que se passerait-il si je fais ça?

Que se passerait-il si je ne fais pas ça?

Que se ne passerait-il pas si je faisais ça?

Que se ne passerait-il pas si je ne faisais pas cela?

L'idée est d'essayer de découvrir nos «angles morts», ce que nous ne voyons pas de nous-mêmes et de clarifier nos choix, nos préférences.

 

  • Pensez à la qualité de vie

Lorsque vous prenez des décisions, essayez d'améliorer votre qualité de vie ou celle de votre entourage.

Il est tentant de rechercher une gratification immédiate, ou une sorte d'avantage à court terme ... mais certaines de ces options peuvent affecter votre vie à long terme et, par conséquent, ne pas être viables.

 

  • Soyez clair sur vos priorités

Combien de fois avez-vous fait quelque chose parce qu'on vous a demandé de le faire et que vous vous y  êtes en conséquence senti obligés? Y a-t-il eu des fois où vous vouliez plaire à quelqu'un?

Lorsque vous vous forcez à faire des choses, vous pouvez finir par le regretter. Dites-moi, et si on prend le temps de s’assurer que vous voulez quelque chose, et laquelle serait la meilleure option?

 

  • Foncez à fond

Les tentatives sans désir ni conviction produisent souvent de mauvais résultats. D'un autre côté, quand vous vous y lancez à fond, vous gagnez toujours. Parce que vous obtenez ce que vous avez décidé de faire ou parce que vous grandissez avec l'expérience. Des mon point de vue, les deux résultats sont bénéfiques!

 

Imaginez la différence que cela ferait d'essayer ces suggestions, en cas d'incertitude, et comment vous gagneriez en confiance pour aller de l'avant.